LDH Tours et Indre & Loire

Multiplication des pressions, intimidations et interpellations sur les "aidants" : Emmaüs (Marseille), France Terre d’Asile, et Terre d’errance (Nord-pas de Calais) ...

Communiqué de la fédération des Bouches du Rhône de la LDH

jeudi 5 mars 2009 par Sebastien

La politique du chiffre ce n’est pas seulement 30.000 expulsions de sans-papiers prévues en 2009 mais aussi l’objectif "l’interpellation de 5000 aidants"...

MULTIPLICATION DES PRESSIONS , INTIMIDATIONS ET INTERPELLATIONS SUR LES « AIDANTS » : EMMAUS (MARSEILLE) , FRANCE TERRE D’ASILE et TERRE D’ERRANCE ( NORD-PAS de CALAIS ) …

Contrairement aux dénégations de M.BESSON hier au soir sur CANAL + !

La répression des étrangers et de ceux qui les aident est organisée ‘’au nom des citoyens’’ ! Depuis quatre ans la loi de finances adopte le budget de l’Etat selon une présentation directement inspirée des préceptes du management (32 missions décomposées en 120 programmes permettant de définir des objectifs, des indicateurs et des résultats).

La notion d’indicateurs est particulièrement importante. La finalité de chacun d’entre eux est précisément spécifiée comme répondant aux attentes de l’usager (qualité du service), du contribuable (coût du service) ou du citoyen (« bénéfice en terme de modification de la réalité économique, sociale, environnementale, culturelle, sanitaire dans laquelle il vit »).

La traduction de ces indicateurs à la politique actuelle de l’immigration porte directement atteinte à la dignité de la personne humaine.

Dans la loi de finances 2009 (cf. le site performances.gouv ) la mission ‘’Immigration, asile et intégration’’ comprend notamment le programme 303 ‘’Immigration et asile’’ dont l’objectif n°4 est de « Renforcer la mobilisation des services de police et des unités de gendarmerie dans la lutte contre l’immigration irrégulière ».

Le premier des indicateurs de cet objectif (le coût moyen d’une reconduite à la frontière) concerne le contribuable alors que les trois autres sont fixés et gérés « du point de vue du citoyen »

- Nombre de mesures de reconduites effectives à la frontière ;
- Nombre d’interpellations d’ ‘’aidants’’ ;
- Nombre de personnes mises en cause pour infraction à la législation relative à l’entrée, au séjour ou à l’emploi des étrangers sans titre de travail.

Si l’objectif de reconduites à la frontière est malheureusement connu (30000 en 2009), il est frappant de lire que 5000 ‘’aidants’’ (passibles de cinq ans de prison et 30000 euros d’amende selon le CESEDA) devront être interpellés au cours de cette année.

En lisant la loi de finances (le programme 303, très détaillé, prévoit aussi le financement de fichiers tels GREGOIRE, VISABIO, etc. usant de la biométrie et des interfaces entre systèmes) on comprend encore mieux comment et pourquoi les ministres de l’immigration, Hortefeux hier, Besson aujourd’hui affichent si fièrement leurs sinistre palmarès sans considération à l’égard des êtres humains qui en sont l’objet.

Il y est notamment dit que ce ministère est un « état major resserré ». Sa politique relève d’un « principe simple : la France a le droit et le devoir de choisir les immigrants qu’elle souhaite accueillir sur son territoire » sans jamais faire référence aux engagements internationaux (dont la Convention internationale des droits de l’enfant et la Convention européenne des droits de l’Homme) qui modèrent normalement cette souveraineté.

La Ligue des droits de l’Homme, avec toutes les associations œuvrant pour le respect de ces textes fondamentaux continuera de s’opposer à une politique complètement déshumanisée et affichant jusque dans ses prévisions budgétaires des objectifs explicites et des indicateurs d’une politique de répression des sans papiers et de leurs familles, et de ceux qui les aident, totalement inacceptable.

Marseille le 5.mars 2009


Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 98586

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d [11132] + ALTERNATIVES

RSS RSSDélit de solidarité